Bishop attacks 'victim' Muslims

Publié le par Julien

L'Evêque Michael Nazir-Ali s'est récemment attaqué au double langage et aux double-standards d'une partie des musulmans. J'ai relévé cet article 1) parce que je suis d'accord avec lui 2) parce que je ne crois pas qu'à part en Grande-Bretagne on trouve énormément d'hommes d'Eglise ayant son parcours et ayant atteint son niveau de responsabilités, j'ai trouvé cela assez représentatif de la société britannique.

Pour faire portrait très rapide, l'homme est né au Pakistan d'un père qui s'est converti au Christianisme alors qu'il était musulman.

Le principal reproche qu'il fait aux Musulmans : ils se mettent toujours en position de victime même lorsqu'une intervention se fait contre de musulmans oppresseurs comme le régime Taliban en Afghanistan. Dans ces conditions, il est strictement impossible de débattre avec eux puisqu'ils demandent systématiquement à leurs interlocuteurs de remettre en cause leurs valeurs aux profits des leurs sans jamais questionner ne serait-ce qu'une seconde leurs propres valeurs. Dans ces conditions, peu importe les concessions que les occidentaux peuvent être amenés à faire, elles seront toujours insuffisantes, puisque le présupposé est qu'ils sont systématiquement des agresseurs/oppresseurs et les musulmans systématiquement des victimes innocentes.

Je trouve le point de vue intéressant parce qu'il est aussi représentatif d'un changement d'hatitude en Grande-Bretagne et en Europe en général. La Grande-Bretagne a un long passé de tolérance voire de laxisme complet par rapport aux minorités religieuses qui a facilité l'implantation de cellules extrémistes et la diffusion de leurs idées y compris au sein de populations originellement plus modérées. Après les critiques de Jack Straw suivi par Tony Blair et un ensemble de personnalités anglaises contre le voile
couvrant l'intégralité du visage (pas par respect de la laïcité, concept inconnu ici, mais parce que ce type de voile est dénoncé comme le signe d'une volonté de se séparer et de s'exclure de la société anglaise et des non-musulmas), il y a un retour de feu contre ces extrémistes et ceux qui les soutiennent par leur silence.

Ce qui est fascinant, c'est que cette réaction se fait d'assez belle manière (avec des limites) sur le plan des idées. Mis à part de la part des courants politiques habitués aux excès verbaux, pas d'attaque en règle sur les Musulmans/étrangers non-assimilables mais un questionnement de ces individus et de leurs certitudes idéologiques et une remise en cause de leurs postures de victimes qu'on a trop longtemps habituées à ne jamais questionner au nom d'un relativisme culturel mou.
Et la société anglaise de retourner la sacro-sainte lettre T contre ceux qui en ont abusé en disant : "Nous nous montrons très tolérants sur vos valeurs, si vous n'y adhérez pas entièrement, soit, mais à vous de vous montrer tolérants des nôtres". A cela, deux réponses possibles. Soit les concessions sont effectivement mutuelles, et la concorde peut exister. Soit le bras de fer s'amplifie et l'avenir sera sombre.


“Their complaint often boils down to the position that it is always right to intervene when Muslims are victims, as in Bosnia or Kosovo, and always wrong when the Muslims are the oppressors or terrorists, as with the Taliban or in Iraq,” said Nazir-Ali.

un des articles est ici

Publié dans jujuinlondon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article