Jamie Oliver

Publié le par Julien

 

Jamie Oliver aka « The naked chief » tente de sauver le bon Royaume Britannique de lui-même et accessoirement des chips, du poulet frit, des graisses saturées, des carcasses malaxées pour fournir de la vainde pas chère etc etc. Dur combat sachant que pour le Britannique moyen les chips à l’ail constituent une nourriture de base qui peut, accompagnée d’un coca light, servir de petit déjeuner tout à fait acceptable. Ai-je précisé qu’un tas de poisson frit et de frites mélangés servis dans un papier blanc lui-même imbibé de gras sert aussi de plat national ? Dans ces conditions, vous aurez compris qu’essayer de convertir l'Anglais moyen à la bonne bouffe, dans tous les sens du terme, tient du défi dans une époque ou en plus personne n’a le temps de cuisiner. Même les écoles anglaises y ont droit plus que Jamie s’est mis en tête de convaincre le gouvernement d’augmenter les budgets et d’arrêter de servir de la m…. à nos chères têtes blondes britanniques histoire de ne pas aggraver une situation nutritionnelle déjà sérieusement tournée vers le KiKat barre trempé dans le Fanta. L’homme est sympathique, après entre les beaux idéaux et la réalité, il y a toujours un fossé mais bon, pour une fois qu’un héros populaire britannique est un chef plutôt qu’un tapeur de baballe ou une chanteuse pop décolorée, moi je dis, ça fait plaisir.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans jujuinlondon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article